Mes Dioramas
 
Echelle: 1/35 - Voies Etroites.
 
On30: Réseaux
 
Trucs & Combines: Conseils
 
The Devil's-Gulch : Réseau HOn3
 
Mes Productions:
 
Mes Productions: Bâtiments & Accessoires U.S
 
 
Mes Dioramas Partie: 5  

 

 

 

                                      

  Mes Dioramas: Partie 5

  _______________

                      - Balade en Vivarais -

                                                                      .Ligne fictive de Tournon-Lalouvesc.

                                           "Au 1/43,5  Om"

                            _____________________________

   Une petite page d'histoire...

          Lorsque la Compagnie des C.F.D du Vivarais a terminé la construction de ses trois principales lignes qui constituent l'ensemble de son réseau Ardéchois, elle

          s'aperçoit qu'elle avait délaissé trois gros bourgs importants: Saint-Victor, Saint-Félicien et surtout Lalouvesc, chef-lieu de canton, grand lieu de pélérinage

          puisqu'il y a une très belle basilique et de surcroît un gros bourg agricole.

          Celle-ci se met en devoir d'étudier une autre ligne à l'écartement d'un mètre comme les précédentes lignes de son réseau. Après plusieurs études et

          traçés, les C.F.D détermine un itinéraire qui traversait d'est en ouest le haut Vivarais. Cette ligne se détachait de celle de Tournon-Lamastre au confluent du

          Doux et de la Daronne (voir plan). Faute de subventions de l'Etat et des communes concernées, la Compagnie ne peux réaliser son projet de prolonger sa ligne

          vers la station de Dunières. De ce fait la station de Lalouvesc se trouve être un terminus de ligne.

                                                                                                  

                                                                                                                                                                           Plan géographique de la ligne.

      

       Balade Vivaroise...

                                  Les travaux d'infrastructure de cette ligne ont débuté en octobre 1894 pour se terminer vers la deuxième quinzaine de mars 1898. Elle a été

                    ouverte à l'exploitation le 1er avril de cette même année. Il aura fallut quatre années de travaux pour passer d'une altitude à son embranchement de

                    180m à son terminus de 1040m. De nombreux tunnels, ponts et viaducs, et murs de soutènement durent être réalisés, pour mener à bien cette construction.

                    La ligne longue de 23km se détache de celle de Tournon-Lamastre un peu avant la halte du barrage de Clauzel, et plus exactement au confluent du Doux

                    et de la Daronne; rivière qu'elle va suivre de très près pendant 10km. Après la halte de Clauzel la ligne s'engouffre dans un premier tunnel long de 400m qui

                    lui permet de franchir un éperon rocheux culminant à 286m et appelé Serre du Puy. A la sortie du tunnel, la voie aborde une courbe très serrée de 70m de rayon

                    en encorbellement sur sa gauche on aperçoit les ruines du château de Cheynet. On passe d'une altitude de 180m à l'embranchement à 210m sur le viaduc

                    en encorbellement au-dessus des gorges de la Daronne.

                    La vallée se resserre et la pente s'accentue; la ligne suit la Daronne sur sa gauche en s'accrochant aux parois abruptes. Pour cela, les ingénieurs des C.F.D

                    durent construire de nombreux murs de soutènement et des ponts et viaducs en encorbellement, prouesse technique absolue. Au km 2, nous traversons un

                    court tunnel pour passer le mont du Reposoir qui culmine à 424m d'altitude, la voie à cet endroit n'est faite que d'une succession de courbes et contre-courbes.

                    La ligne monte toujours pour atteindre 240m au km3. Puis soudain, les gorges de la Daronne s'écartent légérement comme pour faire place à la toute petite

                    halte de Saint-Sorny perdue toute seule au fond de ces gorges encaissées, accessible uniquement par un chemin de multier.

                    Cette halte aurait dû porter les deux noms de St-Sorny et de Colombier le Vieux, mais le maire de Colombier ayant refusé le rattachement à cette ligne de

                    Lalouvesc, préférant celle de Tournon-Lamastre.

                    Après la halte de Saint-Sorny, on entame une longue ligne droite de 600m, c'est la plus longue des gorges et on grimpe très fort toujours en laissant sur la droite

                    les énormes méandres de la Daronne. La cote indique 270m au km 4,5; les gorges de la rivière se resserrent de plus en plus et la voie s'accroche toujours à la

                    paroi. On monte à 340m au lieu-dit du Théolier; nous arrivons alors à la halte de Pourchet qui dessert le petit village de Deyras situé à 1 km de là. La ligne

                    oblique légèrement vers le nord en suivant la rivière; nous avons passé le km 5. Après la halte de Pourchet, celle-ci semble redescendre légèrement, nous

                    sommes à 319m au km 6.

                    Après une séries de courbes, nous attaquons une ligne droite de 400m; la voie grimpe toujours: nous sommes à 400m au km 7. Puis après 3 km la ligne quitte

                    les gorges de la Daronne; après une grande courbe de 100m de rayon, elle s'oriente au nord et croise la route Nationale 578 au passage à niveau gardé du

                    Trémolet km 11,5. Nous grimpons toujours en direction du nord; au km 12,5 la cote atteint 539m. Nous passons au pied du Mont Poulier (687,7m). Au km 14

                    nous atteignons le plateau à une altitude de 579m, les machines peuvent souffler un peu.

                    Au passage à niveau de la croix des Rameaux, nous traversons une grande route qui portera des années plus tard le nom de Nationale 532. La voie alors

                    oblique vers l'ouest par une grande courbe de 100m et au km 16 on arrive en gare de Saint-Victor. Cette station se trouve en dehors du bourg au lieu-dit le

                    Genet; elle possède une voie de croisement et deux voies de service en impasse. A 800m au nord de la gare, une aiguille donne accès à un embranchement

                    particulier desservant une scierie.

                    Puis nous entamons une bonne ligne droite de 1km; nous passons le km 17 à une altitude de 576m car la voie redescend légèrement. Nous traversons un

                    ruisseau (le Petit Vernet) sur un pont d'une portée de 3,50m. La ligne oblique légèrement vers le sud, passe un petit village "Les Maisonneuves", au km 18.

                    Nous coupons la Nationale 532 et nous entrons en gare de Saint-Félicien. Devant la laiterie municipale, une voie se détache pour prendre les wagons citerne de

                    lait. La station possède une voie de croisement et une voie de service en impasse, ainsi qu'une prise d'eau. Nous quittons la gare pour entamer une forte

                    descente, nous traversons la rivière "La Vivance" et la départementale n°115 par le viaduc de la Gerle (Trois arches d'une ouverture de 5m et 17,68m de haut).

                    La voie remonte en pente douce, au km 18, nous arrivons au tunnel du col de Gibet long de 600m, à la sortie du souterrain la cote atteint 713m. Au km 19 la

                    ligne longe la Nationale 532 sur une plate-forme indépendante; courbes et contre-courbes se succèdent. Au km 19,5 la cote atteint 748m, la ligne contourne le

                   mont Serre de la Graille de 878m de haut; on grimpe fort et au km 20, la cote est à 848m d'altitude.

                   Nous passons la halte "des Baux" ou les machines peuvent à nouveau se ravitailler en eau. La voie continue en ligne droite en longeant toujours au plus près la

                   Nationale 532. Au km 21 nous sommes au col de Marchand à 893m d'altitude, à cet endroit la ligne oblique légèrement vers le sud, en s'éloignant de la Nationale.

                   Nous grimpons toujours très fort, et à la halte de Bachasson nous somme à 963m d'altitude; la ligne décrit une large courbe pour traverser la rivière "Malpertuis"

                   sur le viaduc de Crève-Soif. Celui-ci possède 5 arches d'une ouverture de 8m, et de 30m de hauteur; c'est l'ouvrage d'art le plus haut du réseau.

                   A la sortie du viaduc, nous entamons une longue ligne droite, d'où se détache une voie pour aller chercher du minerai de fer et de manganèse qu'exploite une

                   société du Creusot. Celle-ci possède une ligne à voie étroite d'un écartement de 0,70m, et d'une longueur totale de 8km. Après l'embranchement, la ligne des

                   C.F.D s'engouffre dans un tunnel du mont des Ruines de la Croix-Rouge, d'une longueur de 350m. Dans le tunnel nous passons le km 22, et à sa sortie la voie

                   coupe la Nationale 532 par un passage à niveau gardé. A cet endroit la ligne longe la route et après une courbe très serrée de 50m de rayon, nous atteignons le

                   terminus au km 23 et à une altitde de 1040m. La gare terminus de Lalouvesc a une voie de croisement, et une voie de service en impasse pour les

                   marchandises. La voie continue en ligne droite sur une centaine de mètres, pour se terminer au dépôt, où la traction a à sa disposition un pont tournant de 8m,

                   et une remise à machine avec fosse de visite et un petit atelier de réparation.

                                               

                                                         Les deux premier modules: à gauche le tunnel de Serre du Puy (embranchement de la ligne) et les ruines du château de Cheynet. A droite le

                                                                            tunnel du Reposoir et son court viaduc en encorbellement. Une ferme Ardéchoise a été ajoutée par des membres du G.E.M.M.E, puisque

                                                                            maintenant ces deux modules sont leurs propriétés.

                                                                         

                                                       Le premier plan à deux étages du réseau en Om projeté dans une petite pièce de 3,00m x 4,00m  d'un sous-sol d'une maison en location. Développement total 

                                                      de la ligne=52m. Ce projet fût abandonné pour cause de déménagement et d'une nouvelle installation dans une maison m'offrant un sous-sol d'une plus grande surface.

                                                                                                   

                                  La halte de St Sorny qui aurait du trouver sa place sur le troisième modules                                                                          Pompe à gasoil du dépôt du terminus de Lalouvesc.

                                                                      

                                              

              Autorail De Dion-Bouton type ND du G.E.M.M.E, sortant du tunnel du Reposoir.                                                                 Automotrice type JM De Dion-Bouton, entrant dans le tunnel du Reposoir.  

                                              

                     De Dion type ND, sortant du tunnel de Serre du Puy (coulisse du réseau).                                                                                                       Reste des ruines du château de Cheynet.

                                                                              

                                                                                          

                                                                                   Train de travaux sur la ligne de Lalouvesc. Le locotracteur Pétolat de Loco-Diffusion, le premier modèle monté de cet artisan.

                                                  

            Le plan projeté dans le nouveau sous-sol, développement total de la ligne=23,00m                                                                   Page de couverture du R.M.F n°407 décembre 1998.

            1km à l'échelle du 1/43,5.

 

                 Ce chemin de fer et cette histoire m'a été inspiré par le livre de Pascal Bejui et Jean Arrivetz "Les Chemins de fer du Vivarais". Cette ligne est complètement

      imaginaire, mais reste géographiquement très plausible. Le site ressemble assez à la ligne de Tournon-Lamastre, et la ville de Lalouvesc est un chef-lieu de canton très

      important, comme les deux autres bourgs: Saint-Félicien et Saint-Victor. D'ailleurs, pourquoi ces villes n'auraient-elles pas eu dans la réalité et le Haut-Vivarais une 

      ligne de chemin de fer ! les gorges de la Daronne  sont dans la réalité assez ressemblantes aux gorges du Doux.

     L'idée du premier projet d'un réseau à deux étages, m'est venue en relisant des articles écrits par Cyril Ducroq dans les Loco-Revue n°479 et 480. Une telle réalisation

     installée dans une petite pièce (3,90m x 3,00m) permet de doubler la longueur maximale du parcours, le développement total de la voie, rampe hélicoïdale comprise

     aurait été de 52m. Ce premier projet fut abandonné pour cause de déménagement dans une maison m'offrant plus d'espace. 

     Quelques camarades modélistes m'ont demandés pourquoi j'avais abandonné ce projet. Pas mal de critères sont venus se greffer lors de la construction de ce deuxième

     projet. D'abord, mon épouse qui n'était pas d'accord pour que j'envahisse plus de la moitié du sous-sol pour installer ce nouveau réseau. Le pont tournant C.F.D promis

     par Loco-Diffusion qui ne verra jamais le jour, les prix qui sont envolés au passage de l'Euro. Enfin, le nouveau repreneur de la firme, qui joue l'homme invisible, et qui

     ne répond même pas aux commandes de pièces détachées qu'on lui fait.

    Tout cela a fait, que j'ai abandonné sans une certaine amertume cette belle échelle. Mai qui sais ! j'y reviendrais peut-être un jour ?

 

                                                                                                                                     Fin de cette partie.  

                                                                                                                                                             

         

        

                                                                                             

                                      

                                                                     

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                                                                                                                                                                          

© 2015